Infovaticana
Entretien avec saint François
a2, Entretiens

Entretien avec saint François

Redaction
15 février 2019

« J’ai souvent pensé à saint François pendant ce voyage : cela m’aidait à garder dans le cœur l’Évangile, l’amour de Jésus Christ. » Pape François, audience générale, 6 février 2019.

Aldo Maria Valli, ancien vaticaniste de la première chaîne de télévision italienne – il a été miséricordieusement remercié après avoir relayé sur son blog personnel la lettre de Mgr Viganò dénonçant la connivence entre le pape François et le cardinal McCarrick – est un journaliste à part dans le monde de l’information vaticane. Rarement enclin à se jeter sur l’actualité la plus brûlante et réticent à relancer les rumeurs qui sortent des palais apostoliques, il a pendant des années nourri ses lecteurs de réflexions et d’approfondissements doctrinaux et spirituels. Depuis la publication de son ouvrage 266 en 2016, il partage désormais de plus en plus fréquemment les tourments spirituels que lui causent l’actuel pontificat. Voici le dialogue que la déclaration conjointe sur la fraternité humaine signée par le pape François et l’Imam d’Al-Azhar lors du voyage du Saint-Père aux Émirats arabes unis lui a inspiré…

AMV- Bonjour, saint François
– Bonjour. Que le Seigneur te donne la paix
AMV- Merci, de même. Vous me permettez une question ?
– Je t’en prie…
AMV- C’est à propos de François
– François ?
AMV- Oui, le pape François.
– Le pape François ?
AMV- Oui, Jorge Mario Bergoglio : le pape François.
– Ah.
AMV- Qu’y a-t-il ?
– Rien, rien. Donc, tu voulais savoir…
AMV- Voilà, saint François, je voulais demander un avis sur un passage de la déclaration signée de François et du Grand Imam.
– Ils ont signé une déclaration ?
AMV- Oui, à Abu Dhabi.
– Et où est-ce ? Près de Damiette ?
AMV- Pas vraiment. Mais cela n’a pas d’importance. Le fait est que dans la déclaration…
– J’imagine que le pape, pour témoigner de sa foi, a voulu se jeter dans un grand feu comme je le fis en 1219…
AMV- Hum, pas du tout, saint François. Pas de feu.
– Et comment cela ?
AMV- Bah, vous savez… ça ne se fait plus.
– Oh, quel dommage. Et alors ?
AMV- Et alors le pape et le Grand Imam ont signé cette Déclaration…
– Ah, bien ! Le Grand Imam s’est converti au christianisme…
AMV- Hum, pas du tout.
– Mais s’il a signé…
AMV- Oui, il a signé, mais pour dire qu’il est d’accord avec le dialogue, le vivre-ensemble, la tolérance…
– Et le pape n’a pas demandé au sultan…
AMV- Au Grand Imam…
– Oui, bien sûr… Il n’a pas demandé au Grand Imam de se convertir à l’Évangile…
AMV- Hum, non…
– Comment non ?
AMV- Non, ça ne se fait plus…
– Oh, comme c’est étrange. Mais le pape ne devrait-il pas annoncer l’Évangile à tous les hommes ?
AMV- Si, mais, vous voyez, il y a la question du dialogue…
– Je ne comprends pas. Moi, j’avais un ardent désir : aller voir le sultan, prêcher la foi chrétienne aux musulmans et montrer ma totale disposition à mourir pour le Christ. Pour cela, je rejoignis l’armée croisée…
AMV- Hum, excusez-moi, saint François…
– Qu’y a-t-il ?
AMV- Aujourd’hui ce n’est pas bien vu de parler d’armée croisée…
– Oh, comme c’est étrange. Quoi qu’il en soit, je vous disais que j’allai là-bas auprès du prince musulman qui m’écouta volontiers. Mais quand je lui demandai de se convertir ainsi que tout le peuple avec lui, il hésita. Je lui proposai alors d’allumer un grand feu et lui dis : moi, avec tous tes prêtres, j’entrerai dans le feu ainsi tu pourras connaître quelle foi est la plus sainte et la plus certaine. Mais les prêtres musulmans se dégonflèrent. Je lui dis alors : j’entrerai seul dans le feu et si j’en ressors indemne tu te convertiras, mais lui ne voulut rien savoir.
AMV- Je connais l’histoire saint François. Mais maintenant, je voudrais vous demander quelque chose.
– Oui, certainement, quoi donc…
AMV- Voilà, c’est à propos d’une phrase de la déclaration où il est dit : « Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine »
– C’est écrit comme cela ?
AMV- Oui.
– Oh bien. Jamais rien entendu de pareil. Donc, si je comprends bien, si la diversité de religion est volonté de Dieu, moi, chrétien, je ne dois plus annoncer l’Évangile.
AMV- C’est plus ou moins cela .
– Mais, si je n’annonce pas l’Évangile, quel chrétien suis-je ?
AMV- C’est exactement ce que je voulais demander, cher saint François.
– Mmm, je suis surpris. J’allai parmi les infidèles…
AMV- Euh, saint François, s’il vous plaît…
– Qu’y a-t-il ?
AMV- Infidèles, on ne peut plus vraiment le dire…
– Ah oui, et pourquoi ?
AMV- Parce que ça ne va pas. Vous savez le dialogue, le respect…
– Oui, oui, j’allai donc là bas pour conquérir la palme du martyre tant désiré et non pas pour signer… comment on dit…
AMV- Une déclaration.
– Voilà, pas pour signer une déclaration. Dans laquelle, en plus, il est écrit que ne pas être chrétien est une sage volonté de Dieu.
AMV- Mais, vous devez comprendre que les temps ont changé…
– Les temps… les temps. Mais la foi ne peut pas changer. Prêcher le Christ est notre devoir, surtout auprès des Sarrasins…
AMV- Euh, saint François, s’il vous plaît…
– Qu’y a-t-il encore ?
AMV- Sarrasins… on ne peut pas le dire.
– Oh, mais quels mots dois-je utiliser alors ?
AMV- Les mots du dialogue, du respect…
– Le dialogue ? Le respect ? Mais tu le sais que les gardes du sultan nous tombèrent dessus, nous frappèrent avec des bâtons, nous enchaînèrent, et je fus contraint de hurler pour les faire s’enfuir ?
AMV- Il s’agissait d’autres temps, saint François. Maintenant, il y a la tolérance.
– Oui, on verra. De toute façon, je parlai très clairement au sultan : « Non pas par un homme, mais par Dieu lui-même, nous sommes envoyés pour vous montrer, à toi et à ton peuple, le chemin du salut et vous annoncer l’Évangile »
AMV- Donc, si je comprends bien, cher saint François, la déclaration ne vous plaît pas vraiment.
– Je ne sais que dire, elle me semble bizarre. Mais le pape, après avoir signé, il est resté là bas ?
AMV- Évidemment ! Pourquoi cette question ?
– Parce que, moi, je mis les choses au clair : « Volontiers » dis-je au Sarrasin…
AMV- Saint François, s’il vous plaît…
– Ah oui… on ne peut pas dire Sarrasin.
AMV- Merci.
– Donc je dis au sultan : « Je resterai volontiers si toi et ton peuple vous convertissez au Christ ». mais il ne me semble pas que le pape ai demandé pareille chose ?
AMV- Non, effectivement…
– Et puis quand le sultan me critiqua pour la Sainte Entreprise…
AMV- La Sainte Entreprise ?
– Mais oui, la croisade.
AMV- Saint François, soyez gentil, nous ne pouvons pas appeler la croisade une « Sainte Entreprise »
– Ah bon, et pourquoi ?…
AMV- Le dialogue, le respect…
– Bon, bon, donc, quand le sultan me critiqua pour la croisade, je lui répondis : « Les chrétiens vous attaquent justement ainsi que la terre que vous avez occupée parce que vous blasphémez le nom du Christ et vous éloignez de son culte tous ceux que vous pouvez. Si toutefois, vous voulez connaître le créateur et rédempteur, le confesser et l’adorer, nous vous aimerions tout comme eux ».
AMV- Mais, saint François…
– Qu’y a-t-il encore ?
AMV- C’était d’autres temps.
– Et d’autres chrétiens à ce que je vois.
AMV- Peut-être, oui. De toute façon, merci pour cet entretien.
– Je t’en prie. Que le Seigneur te donne la paix.

(lire l’original)

Redaction